End Google Tag Manager Google AdSense Tag End of Google AdSense Tag < -- end Clarity -->
Skip to content

Tirailleurs: L’histoire continue des colonisateurs enrichissant de la tragédie

Plongez dans l'univers poignant de "Tirailleurs", le film réalisé par Mathieu Vadepied, au cœur de la Première Guerre mondiale. Voir ici la discussion.

  • by
  • 6 min read

Ici contient le spoiler du film Tirailleurs

Nous suivons l’histoire captivante de Bakary Diallo et de son fils Thierno, unis dans une lutte commune pour survivre et préserver leur lien familial. En 1917, Bakary Diallo, animé d’amour pour son fils de 17 ans, Thierno, décide de s’enrôler dans l’armée française. Afin de le rejoindre, car celui-ci a été recruté de force. Sur le front, père et fils affrontent ensemble les horreurs de la guerre.

Galvanisé par la fougue de son officier, Thierno se découvre une force intérieure insoupçonnée et apprend à devenir un homme. Pendant ce temps, Bakary est animé par une angoisse profonde pour la sécurité de son fils. Et il met tout en œuvre pour le protéger des combats et le ramener sain et sauf.

“Tirailleurs” est bien plus qu’un simple film de guerre. Il nous plonge au cœur des émotions et des sacrifices d’une famille déchirée par la guerre. Les destins de Bakary et de Thierno s’entremêlent dans un récit bouleversant, rempli de dilemmes moraux, de moments de solidarité et de courage.

Mathieu Vadepied, réalisateur talentueux, parvient à capturer l’essence même de la Première Guerre mondiale. Celà à travers sa mise en scène immersive et des images saisissantes. Chaque plan du film est empreint d’authenticité et d’émotion, transportant les spectateurs au cœur de l’atmosphère étouffante des tranchées.

Dans “Tirailleurs”, le courage, la famille et l’amour inconditionnel sont au centre de l’intrigue. Le film explore la complexité de l’expérience humaine face à l’adversité.  Celà met en lumière la résilience de l’humain et la force des liens familiaux dans les moments les plus sombres.

Mais quelle est la question à l’extérieur du film?

Dans l’histoire complexe de la colonisation, il est regrettable de constater que les colonisateurs ont souvent tendance à romancer le discours sur les colonisés. Cette approche crée une dynamique de pitié et perpétue des stéréotypes néfastes. Les tirailleurs, recrutés de force pour combattre lors des guerres, sont souvent présentés de manière romantique par les colonisateurs.

Ces derniers décrivent les tirailleurs comme des figures tragiques et vulnérables, suscitant ainsi la compassion du public. Cette vision romantique réduit les colonisés à des victimes impuissantes, sans tenir compte de leur résistance, de leur courage et de leur contribution active à l’histoire. Les colonisateurs ont ainsi le pouvoir de façonner le discours dominant.

Cela en mettant l’accent sur la souffrance plutôt que sur la lutte pour l’indépendance et la dignité. Cette représentation réductrice maintient les colonisés dans une position de dépendance et de subordination. Aussi les dépeignant comme des sujets passifs plutôt que comme des acteurs de leur propre destin.

Elle occulte également les réalités complexes des sociétés colonisées et nie leur diversité culturelle et leur résilience face à l’oppression. Il est important de reconnaître que les colonisés sont des individus dotés d’une histoire, d’une culture et d’une identité qui méritent d’être célébrées et respectées. Plutôt que de les placer dans une position de pitié, il est essentiel de reconnaître leur capacité à résister.

Bien comme à se réapproprier leur histoire et à lutter pour leur émancipation. En mettant en lumière les voix et les récits des colonisés, il est possible de déconstruire les discours romantiques. Et aussi bien paternalistes propagés par les colonisateurs. Il est temps de reconnaître la diversité et la richesse des expériences des colonisés. De leur accorder la place qui leur revient dans la narration de l’histoire.

Donner l’importance appropriée, c’est les laisser parler et ne pas parler pour eux

En refusant d’entendre les voix des colonies, les colonisateurs perpétuent un récit unidimensionnel qui néglige la perspective des colonisés. Cette attitude découle du fait que les colonisateurs ne veulent pas remettre en question leurs propres récits de pouvoir et de suprématie. Et il n’y a pas d’usage pour faire un film montrant des scènes choquantes comme dans Tirailleurs.

En refusant de donner la parole aux colonies, les colonisateurs maintiennent leur contrôle sur la narration, renforçant ainsi l’oppression structurelle. Ils refusent de reconnaître que les colonisés ont le droit de raconter leurs propres histoires. Cependant, donner la parole aux colonies est essentiel pour une compréhension complète de l’histoire. Cela implique d’ouvrir un espace pour que les colonisés puissent partager leurs perspectives, leurs souffrances et leurs luttes.

C’est un acte d’humilité et d’empathie de reconnaître que les colonies ont le droit de raconter leurs propres histoires. Donner la parole aux colonies permet d’obtenir une représentation plus équitable et inclusive de l’histoire. Cela nécessite de reconnaître la diversité des expériences, de comprendre l’impact de la colonisation et de promouvoir l’égalité des voix dans la narration historique.

La tragédie est le profit des colonisateurs

Les colonisateurs continuent de prospérer en se basant sur les tragédies des colonies, comme le montre le film “Tirailleurs”. Malgré les atrocités commises pendant la période coloniale, certains colonisateurs ont réussi à capitaliser sur ces événements tragiques. Ils ont pu tirer profit de l’exploitation des colonies, tout en maintenant une image romancée de leur rôle.

Dans le film “Tirailleurs”, on peut observer comment les colonisateurs ont su utiliser la souffrance des tirailleurs pour renforcer leur propre récit. Ils se présentent souvent comme des sauveurs, prétendant offrir une protection ou une assistance aux colonisés. Cette approche trompeuse permet aux colonisateurs de se positionner en tant que figures charitables et bienveillantes, alors qu’ils sont en réalité responsables de l’oppression coloniale.

Ils exploitent la tragédie des colonies pour se présenter comme des héros ou des bienfaiteurs. En perpétuant cette vision romantique, les colonisateurs évitent de reconnaître leur propre responsabilité dans la violence et l’exploitation qui ont marqué la période coloniale. Ils créent ainsi une image déformée de l’histoire, dans laquelle les colonisés sont réduits à une position de victimes impuissantes.

“Tirailleurs” met en lumière cette réalité en exposant les conséquences néfastes de l’exploitation coloniale. Il remet en question les récits dominants et donne une voix aux tirailleurs, permettant ainsi de rétablir une vision plus équilibrée de l’histoire. En montrant les tirailleurs comme des individus dotés d’une histoire, d’une dignité et d’une résilience propres, le film brise les stéréotypes perpétrés par les colonisateurs.

Il révèle la vérité derrière la tragédie coloniale et nous invite à remettre en question les récits qui glorifient les colonisateurs. “Tirailleurs” est un exemple puissant de l’importance de donner une voix aux colonisés et de remettre en question les discours coloniaux romantiques. Il nous rappelle que l’histoire ne peut être comprise que si toutes les perspectives sont entendues et valorisées.

0